La Voie d’Eau

La société Costella s’implante à Aubervilliers en 1941, après un passage à Saint Denis.

Aubervilliers présente un intérêt tout particulier, du fait de sa proximité avec Paris. Le site choisi, alimenté par la voie d’eau grâce au Canal Saint Denis, est un atout majeur en vue d’un développement du commerce des matières.

En effet, à cette période Aubervilliers est certainement la ville la plus industrialisée et attractive de la région Nord de Paris. Les opportunités d’y avoir un quai étaient un gage de réussite.

Mario Costella a alors l’idée de se servir de cet endroit pour développer son activité. Les premières presses à « paqueter » y virent le jour. Ces machines rudimentaires étaient alimentées par l’eau du canal. Précurseurs de la mécanique hydraulique, nos ancêtres ouvraient une nouvelle ère qui deviendra plus tard industrielle.

A cette époque, les paquets de métal étaient chargés à la main, à l’aide de diables (petits chariots manuels) dans des péniches de type « Freycinet ». Ces bateaux de petits gabarits pouvaient néanmoins emportés jusqu’à 250 tonnes de matières.

La voie d’eau est synonyme de transport. Le trafic sur le canal Saint Denis est à son apogée dans ces années, les industries produisent et font vivre une population entière qui vit au rythme de cette eau. Une période de parfaite croissance.

Durant les années 70/80, la voie d’eau connait un net repli par rapport au Transport Routier.

La société Costella, représentée par Mr Louis Costella – fils et petit fils des fondateurs – décide alors de relancer le Transport par voie d’eau. Il trouve de nouveaux partenaires, de nouveaux clients, et organise pour la première fois un Transport par voie d’eau outre nos frontières. Nous sommes aujourd’hui fiers de pérenniser ces échanges commerciaux notamment avec la Belgique.

Nos marchandises peuvent alimenter les aciéries de l’Europe entière, notamment Anvers, ainsi que tous les sites Français ayant un port de réception (Montereau, Limay, Rouen…)

 

600 Tonnes de ferraille direction la Belgique
Quai Saint Denis – 2017
Quai Saint Denis – 1941

Un siècle de Recyclage Métallique

Pourquoi un siècle de Recyclage ?

Car Fabrice Costella et Pascal Lamy sont issus de la quatrième génération de recycleurs.

En 1915, leur arrière grand père s’installe à Bagnolet (93) après avoir quitté sa région natale, la vallée de Parme en Italie. Il à alors l’idée de se servir des déchets métalliques, qui ne sont pas triés et mélangés aux ordures ménagères. Il organise une collecte dans les rues des communes avoisinantes et dans Paris. Le tri est manuel, on les appelle à cette époque les « Chiffonniers ».

Ils utilisent des bâches, versent les déchets au sol, trient les matières métalliques et curent. Ensuite ils reversent les autres déchets dans les poubelles et vont ensuite ramener et vendre les matières métalliques.

Le four inventé par leur arrière Grand Père sert à faire fondre l’étain, qui servait à cette époque à sertir et protéger le fer blanc (le métal était donc étamé). Le « désétamage » – qui servait donc à retirer l’étain – se faisait à température moyenne afin de ne pas brûler les différents métaux.

Une lingotière recueillait les coulures d’étain et le fer blanc calciné était compressé à l’aide d’une presse manuelle. Les petits paquets de fer étaient alors ligaturés avec du fil du même métal, et pouvaient être livrés aux fonderies. Les lingots d’étain (60% étain, 40% plomb) étaient destinés aux fonderie d’art qui ne manquaient pas dans la région.

Luigi Costella fait alors appel à ses fils, restés en Italie, pour pérenniser cette entreprise. Un seul, Mario, restera avec son père et aura envie de continuer cette belle aventure de recyclage.